Passion des livres

Passion des livres

Le livre dont vous êtes la victime

Au tout début:

"Dans un couloir du collège Lafayette, à la sortie d'un cours de maths ennuyeux à mourir, Alex surprend une conversation entre deux garçons de sa classe.

- Mais si, je te jure! C'est dingue, y'a tout ce que tu veux pour cauchemarder, assure Benjamin, un garçon rondouillard et enthousiaste.

- Tu y es allé? Lui demande son camarade tout en lorgnant la fille qui marche devant lui.

- Ben... demain... Oui, j'irai sûrement y faire un tour. En fait, c'est Nico qui m'en a parlé. Y paraît que rien qu'à voir l'intérieur, t'as déjà la trouille, répond le collégien, songeur.

Intrigué, Alex s'approche, son sac à dos sous le bras, et demande:

- Hé, de quoi vous parlez?"

 

 

De quoi ça parle:

Alex, un jeune adolescent sans histoires, entre un jour dans une librairie... sinistre. Un livre à la couverture argent l'attire comme un aimant. Première erreur : Alex l'achète. Seconde : il l'ouvre. Le titre de cet ouvrage : Le livre dont vous êtes la victime. Fasciné, Alex se voit donner des ordres, qu'il commet la fatale imprudence de suivre...

 

Ce que j'en ai pensé:

Ce tout petit roman jeunesse m'a beaucoup plu. J'ai passé un très bon moment dans ce livre.

 

C'est un livre très jeunesse quand même, il faut le savoir. Mais les rebondissements sont assez nombreux et même si les évènements se déroulent très vite, j'ai eu envie de connaitre l'histoire et j'ai tourné les pages sans m'en rendre compte.

 

Alex découvre un jour dans une librairie un livre qui va lui faire vivre des aventures bien réel, jusqu'à ce mettre en danger. Mais ce livre est assez addictif du coup il ne peut pas le rendre.

 

Je conseille vraiment ce livre à tous les jeunes ados qui ont envie d'aventures.

 

Ma chronique est très très courte, c'est vrai, mais le livre est tout petit et je ne peux pas en dire de trop pour ne pas vous dévoilez l'intrigue. La meilleur solution pour vous, c'est de le découvrir.

 

Page 99:

"Est-ce qu'elle est... Il se met en colère contre lui-même:

- Quel trouillard!

Une belle lavette, oui. Il a détalé comme un lapin, laissant à la merci d'on ne sait quel sadique maniaco-déjanté une femme sans doute venue retrouver son ami sculpteur.

Il se passe les mains sur le visage et dans les cheveux.

- Bon, calmons-nous, se raisonne-t-il. D'abord, il faut que je prévienne les flics...

Ce qu'il fait, de façon anonyme et en termes brefs, de la cabine téléphonique accolée à l'abri-bus. Il revient s'asseoir, extrait de son sac à dos son livre maléfique, puis l'ouvre à la page 47."

 

Ma note:


 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict



07/11/2015
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 139 autres membres