Passion des livres

Passion des livres

Thriller

Roman policier à suspense.


Black coffee

Bonjour à tous!!!

 

Qui dit nouvelle année dit nouveauté sur le blog. J'ai donc décidé de vous faire un peu de blabla avant de mettre ma chronique. Vous allez comprendre.

 

J'ai décidé en cette année 2018 de participer au swap marathon de lecture. Si vous me suivez régulièrement, vous avez dû voir passer le premier colis que j'ai reçu pour ce mois de janvier.

Ma résolution de l'année est aussi de faire baisser ma pal. Du coup ce swap n'arriverait pas au bon moment, mais j'ai décidé de lire le livre reçu dans le mois. Ainsi ma pal n'augmentera pas.

 

Maintenant prenez un bon café et passons à ma chronique de...

 

 

Au tout début:

"Courbées sur la route, les branches de genévrier offraient leurs aiguilles bleutées aux rayons du soleil avec pudeur. Revêtement de fortune pour une voie en désuétude, de la caillasse ocre tapissait le chemin. La East Road 150 croisait la South 540 un peu avant Narcissa: on avait bâti là une maison en bois, au toit sombre et aux murs gris. Enveloppée d'arbustes et de buissons, elle ronronnait dans la tiédeur du jour."

De quoi ça parle:

Juillet 1966. Dans la petite ville perdue de Narcissa, Oklahoma, une maison isolée en bordure de la mythique route 66 est la cible d’un tueur sanguinaire. Une femme enceinte et une fillette sont assassinées, une mère et son fils Desmond grièvement blessés. Le jeune garçon va grandir à l’ombre de ce dossier jamais élucidé par la police, hanté par la figure du tueur, sous le regard d’une mère psychologiquement détruite et à des milliers de kilomètres d’un père absent le jour du drame, et qui n’a eu de cesse de raviver la culpabilité de son fils. Si seulement tu n’avais pas attaché le chien…

2011. Devenu journaliste puis professeur de criminologie à l’université, Desmond G. Blur décide de quitter Chicago pour s’installer en Arizona dans la maison de son père décédé. Une ultime tentative du fils pour se rapprocher de son père et s'en faire pardonner, sans savoir que celui-ci, d’outre-tombe, l’a peut-être mis sur la voie de la réconciliation avec leur passé. Car l’arrivée dans le secteur d’une femme vient bientôt réveiller les démons passés de Desmond : Lola, une femme au comportement étrange qui voyage seule avec ses deux enfants, visitant des villes fantômes. Une Française dont Desmond découvre vite que, sous couvert de jouer les touristes, elle recherche son mari littéralement volatilisé trois ans plus tôt sur la route 66. Ce dernier lui aurait fait parvenir un cahier, seul indice de la piste à suivre. Un cahier contenant un récit qui, s’il n’est pas l’œuvre d’un mythomane, est la preuve de l’existence d’un des plus ahurissant criminel que l’histoire des Etats-Unis ait connu… et dont le chemin sanglant traversait déjà la petite ville de Narcissa en Oklahoma l’été 1966.

Ce que j'en ai pensé:

Le résumé de ce livre m'avait vraiment donné envie de le lire et grâce à Maguisa j'ai pu le découvrir.

L'histoire commence en 1966 avec le massacre d'une famille qui habite un petit village le long de la route 66. J'ai bien aimé suivre cette route avec Desmond Blur et la famille Lombard. On découvre la dure réalité des petits villages qui  n'ont pas survécu à l'autoroute. On découvre tous ces villages devenus fantôme lors de l'abandon de la route 66.

 

Notre histoire se déroule en été par 30°. J'ai vraiment ressenti cette lourdeur, cette chaleur qui étouffe et qui  met les nerfs à rude épreuve. Ce qui a donné un récit assez angoissant comme je les aime. La tension monte petit à petit et nous donne envie de connaitre la suite.

 

J'ai trouvé ce récit très prenant, les pages se tournaient toutes seules et j'avais envie de connaitre la fin. J'ai même cru comprendre qui était l'assassin avant la fin mais en fait... non, je me trompais. J'ai bien aimé ce petit suspense.

 

En conclusion, j'ai beaucoup aimé cette histoire et je vous la recommande si vous aimez les thrillers et les voyages.

 

À lire si... vous aimez les histoires se déroulant sur plusieurs dizaines d'années

À ne pas lire si... vous n'aimez pas les méchants qui s'en prennent aux enfants

 

Page 99:

"Ca les rassurait de savoir qu'il existait dans ce pays des journalistes capables de les considérer sans forcément chercher à les décrédibiliser ou les ridiculiser. Gary Banning avait lu la plupart de ses publications et sollicitait un entretien personnalisé."

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

J'ai reçu ce livre dans le cadre du swap marathon de lecture 2018. Et j'ai décidé de lire le livre reçu directement chaque mois.

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


07/02/2018
6 Poster un commentaire

Une ombre sur la ville

Au tout début:

"Etre coincé dans le bus à New York, en temps normal, c'est déjà une épreuve.
Mais quand le véhicule appartient à la Tactical Assistance Response Unit, une brigade d'intervention du NYPD, qu'il est garé devant un barrage noir de flics et qu'on se trouve là parce qu'on est la seule personne au monde susceptible d'empêcher plusieurs otages de se faire tuer, on peut dire adieu à son dîner."

 


De quoi ça parle:

Un tueur machiavélique, baptisé « Le Professeur », sévit à Manhattan. Ses cibles : le gratin new-yorkais, l'élite qui hante magasins, clubs et hôtels huppés de la 5e Avenue. Sa particularité : il agit en plein jour et à visage découvert. Son message, qu'il diffuse sur Internet comme pour narguer la police : soyez humbles ou préparez-vous à subir le châtiment du Professeur ! Si certains considèrent que les riches ont enfin ce qu'ils méritent, l'élite de New York, elle, panique. Un seul homme peut identifier le serial killer et mettre un terme à l'angoisse qui gagne : Mike Bennett, du NYPD, négociateur hors pair et héros de Crise d'otages - qui a fait ses preuves lors de précédentes affaires.Quand Bennett croit découvrir enfin l'identité de l'assassin, il se rend chez lui pour l'arrêter, mais le retrouve mort. Et les crimes continuent.

Ce que j'en ai pensé:

Voilà encore un bon thriller qui m'a fait passer un bon moment.

On entre directement dans le vif du sujet en découvrant le policier lors d'une prise d'otage familiale. Pour ensuite faire retomber un petit peu la pression et qui nous permet de découvrir la famille de Mike Bennett. Même si cette famille est totalement grippée.

 

J'ai adoré découvrir la vie privée du flic en même temps que l'enquête. Cela permet de rendre les personnages beaucoup plus humains. Je trouve que découvrir l'enquêteur dans son milieu familial en même temps que son milieu professionnel permet de mieux entrer dans l'histoire.

 

Ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est que l'on suit en même temps l'enquête et le criminel. Certains chapitres étant exclusivement portés sur les raisons des meurtres.

 

Au niveau de l'intrigue, j'ai été franchement bluffée par le petit rebondissement. En effet, j'étais persuadée d'avoir compris et puis en fait non. Je n'ai rien vu venir.

 

J'ai aussi apprécié le fait que le dernier chapitre nous amène plus loin dans la vie des personnages, cela permet de savoir ce qu'ils sont devenus.

 

En conclusion, n'hésitez pas à lire ce livre. Cela vous fera passer un bon moment.

 

À lire si...  vous aimez les thrillers qui jouent contre la montre


À ne pas lire si... vous n'aimez pas les livres qui mélange enquête policière et récit de la vie de famille


Page 99:

"Tandis que Fiona m'entraînait vers le séjour, j'aperçus un balai-brosse et un seau en plastique, et commençai à imaginer à quoi la journée de Mary Catherine avait pus ressembler. Elle avait dû être bien pire que la mienne. De quoi me plaignais-je après tout?"

Ma note:



Pourquoi j'ai lu ce livre:

J'ai décidé de tenter de vider ma pal. Et j'ai donc décidé de me faire un petit challenge rien que pour moi. Chaque mois, je choisirai le plus ancien livre papier de ma pal et le plus ancien ebook que je lirai dans le mois.

Une ombre sur la ville était le plus ancien livre papier de ma pal.

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


19/01/2018
4 Poster un commentaire

Memorex

Au tout début:

"Pensez-vous que prendre la vie de quelqu'un  soit le crime le plus absolu qu'un être humain puisse commettre?
Vous auriez raison de le croire.

Le meurtre est terrifiant. Monstrueux. Un geste tellement sacrilège que l'on se hâte de placer le coupable derrière les barreaux pour qu'il ne puisse plus jamais nuire, quand on n'applique par la loi du talion, exigeant le prix du sang versé.

Malheureusement pour moi, j'ai dévouvert qu'il y avait pire qu'un meurtre.

Un acte qui défie toute logique.

Toute humanité."

 

De quoi ça parle:

2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l'île familiale. Un an qu'Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s'est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l'île : c'est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au coeur de l'énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

Ce que j'en ai pensé:

Après avoir découvert Cindy Van Wilder avec les Outrepasseurs, j'avais envie de découvrir d'autres livres de cet auteur. J'ai donc commencé Memorex qui est un thriller.

Au départ, j'ai eu du mal à comprendre où cette histoire allait me mener. Mais j'ai vite bien compris que l'attentat de départ allait nous amener dans une drôle d'histoire.

 

J'ai beaucoup aimé découvrir Ash et Réha. Découvrir leur histoire depuis la mort de leur mère lors d'un attentat à la bombe. Ce que j'ai aimé c'est le fait que l'on suive l'histoire du présent et que l'on a des "flash-back" sur l'année écoulée depuis l'attentat.

 

On suit donc Réha et son frère qui doivent retourner sur l'île de leur père pour commémorer la mort de leur mère. Mais beaucoup de choses ont changé depuis la mort de leur mère. Et Réha aimerait que la relation qu'elle avait avec son frère avant l'attentat redevienne comme avant. Mais quelque chose a changé et c'est là toute l'intrigue du livre.

 

J'ai vraiment aimé suivre Réha sur l'île de son père jusqu'à l'évènement qui a tout déclenché. J'ai alors été un peu étouffée par ce huis-clos qui m'a un peu semblé facile malheureusement. J'entends par là que les évènements qui se déroulent à ce moment-là sur l'île étaient assez prévisible. Mais j'ai quand même aimé car on en découvre beaucoup sur le rôle de chacun durant la dernière année. Et cela m'a beaucoup plu. Car cela donne lieu à quelques querelles familiales.

 

Même si j'ai compris la fin un peu avant le dénouement, j'ai apprécié découvrir qui était responsable de l'attentat et surtout le mobile. Et puis la toute fin était un peu rapide, j'aurais aimé en savoir plus sur ce qu'il advient des personnages surtout Réha et Ash.

 

En conclusion, n'hésitez pas à lire ce livre surtout si vous aimez les thrillers jeunesses.

 

À lire si... vous aimez les thrillers d'anticipation

 

À ne pas lire si... vous n'aimez pas trop les huit-clos un peu étouffant

 

Page 99:

"La nuit de Noël débute dans un bruit de verre brisé. Il produit un "crunch" satisfaisant sous les semelles de Réha. Elle s'applique dans sa tâche, n'omettant aucun morceau, lesquels se retrouvent réduits, après quelques coups de pilon, à une poudre brillante sur le parquet. Les débris se rebellent parfois. Ils glissent sous la commode, se faufilent jusqu'au pied du sapin, et l'un d'entre eux arrive à percer le cuir de la chaussure. Du sang goutte. La jeune fille n'en a cure. Elle les aura tous. Sans exception.
Crunch. Crunch"

 

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge


Ce qui fait que pour ce challenge j'en suis à 1/13 livre lu

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


14/01/2018
2 Poster un commentaire

Robert Langdon, tome 3: Le symbole perdu

Au tout début:
"L'important, ce n'est pas la mort... mais le chemin.

C'était le secret, depuis la nuit des temps.

L'initié, un homme de trente-quatre ans, baissa les yeux sur le crâne humain qu'il tenait entre les mains. Tel un calice, le crâne était creux, rempli d'un vin rouge sang."

 


De quoi ça parle:

Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d’urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut-grade, pour une conférence à donner le soir même.
En rejoignant la rotonde du Capitole, il fait une macabre découverte.
Ce sera le premier indice d’une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie.
Une aventure où s’affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon.

Ce que j'en ai pensé:

Je continue à lire la saga Robert Langdon en lisant Le symbole perdu.

Alors que dire. Ce livre est un bon page-turner. Il est haletant. On a envie de connaitre la suite et on suit Robert Langdon avec beaucoup d'attention.

J'ai aimé découvrir Washington avec lui et surtout avec la symbolique maçonnique. C'est sur que c'est un bon livre de ce point de vue.

 

Malheureusement, j'ai trouvé que ce tome ressemble très fort aux deux premiers. En effet tous suivent un même schéma et du coup cela devient très prévisible. J'avais deviné le méchant bien avant qu'il ne se dévoile.

 

Pour ce qui est des énigmes, elles sont assez marrantes à faire en fait. J'ai aimé décoder certains codes. C'était passionnant même si très facile puisqu'elles étaient expliquées.

 

En conclusion, un bon tome qui se lit bien mais il ne faut pas s'attendre à beaucoup de changements par rapport aux autres livres. Je vais continuer cette saga mais pas tout de suite.


À lire si... vous aimez les codes, les énigmes et les sociétés secrètes

 

À ne pas lire si... vous n'aimez pas les livres prévisibles


Page 99:

"Mal'akh sourit à part lui. Katherine ne devrait pas tant s'inquiéter pour son frère que pour elle-même. Il quitta Suitland Parkway pour emprunter Silver Hill Road. Un kilomètre plus loin environ, il aperçut la silhouette des entrepôts du Smithsonian qui se fondait dans l'obscurité, nichée entre les arbres à droite de l'autoroute. Un haut grillage de fils barbelés entourait le complexe.
Un bâtiment sécurisé? s'esclaffa intérieurement Mal'akh. Je connais quelqu'un qui va m'ouvrir la porte."

 

Ma note:



 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


19/10/2017
5 Poster un commentaire

Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1 : Le garçon qui venait du réacteur 4

Au tout début:
"Il sortait de nulle part. Personne n'avait entendu parler de lui ou ne l'avait vu auparavant. Personne ne savait qui il était."

 

De quoi ça parle:

Nadia ne garde pas de souvenirs heureux de son père. Homme solitaire et colérique, il a trouvé la mort lorsqu’elle n’avait que treize ans, laissant son passé enveloppé de mystère. Lorsqu’un étranger prétend avoir connu son père durant sa jeunesse en Europe de l’Est, Nadia accepte de le rencontrer, et assiste à son exécution en pleine rue. Dans son dernier souffle, il lui révèle un indice incompréhensible, un indice qui envoie Nadia dans une chasse au trésor entre New York et l’Ukraine, terre de ses ancêtres. Elle y rencontrera un allié improbable : Adam, jeune prodige de hockey sur glace qui s’entraîne sur les bassins de refroidissement gelés de Tchernobyl. Traumatisé physiquement et psychologiquement par les radiations, Adam cache un secret qui pourrait changer le cours du monde… à condition que Nadia le protège assez longtemps. Le Garçon qui venait du Réacteur 4 est un récit palpitant de secrets, de mensonges et d’avarice, qui gardera les lecteurs en haleine jusqu’à la dernière page.

Ce que j'en ai pensé:

Je referme juste le livre et je met directement par écrit mes ressentis.

 

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé voyager avec l'histoire de Nadia. Je dois dire que les pays de l'ancienne URSS ne m'ont jamais vraiment attiré mais avec Nadia, j'ai découvert des coins cachés qui ne sont pas touristique et j'ai vraiment apprécié ce voyage. J'étais très curieuse de connaitre l'itinéraire que Nadia et Adam allaient utilisé pour quitter Kiev. J'ai trouvé cela très dépaysant et j'ai découvert ce grand pays qu'est la Russie. 

J'ai aussi découvert l'histoire de Tchernobyl. Bien sur je connaissais les grandes lignes mais cette histoire nous conduisant en plein centre de la Zone, je me suis vraiment intéressée à l'accident et surtout à l'après. Toute cela m'a vraiment passionnée et j'ai même fait quelques recherches sur internet durant ma lecture.

 

Ce qui m'a un peu déplu, j'ai trouvé que l'histoire mettait du temps à commencer. Entendons-nous bien, l'action commence très fort dès les premières pages du livre mais l'histoire en elle-même à mis plus de 150 pages à arriver. J'ai eu beaucoup de mal à relier le résumé du livre à l'histoire en elle-même avant la moitié du bouquin.

 

A par cela, j'ai vraiment aimé le côté course poursuite, le côté truand, mafia. C'est le genre d'histoire que j'aime encore assez bien.

 

Au niveau des personnages, je ne me suis pas vraiment attaché à aucun d'eux. Je n'arrivais à faire confiance à personne. D'ailleurs, les évènements ne m'y ont pas conduit, l'histoire m'a démontré que tout le monde peut retourné sa veste. Même Nadia et Adam ne m'ont pas plu plus que ça.

 

Ce qui m'a aussi un peu dérangé, c'est la traduction. J'ai parfois trouvé des phrases tournées un peu bizarrement par rapport à la langue française. Mais peut être est-ce dû au fait que je l'ai lu sous format ebook?

 

En conclusion, un bon roman qui m'a fait passer un bon moment dans les steppes sibériennes à la recherche d'un enfant de Tchernobyl.

 

À lire si...  vous aimez les courses poursuites à travers le monde.

 

À ne pas lire si... vous n'aimez pas les histoires qui mettent longtemps à démarrer.



Page 99:

"Misha sourit tandis que Kirilo passait derrière lui, prétendant se rendre au bar pour un autre verre d'horilka. Il passa plutôt son bras autour du cou de Misha et l'emprisonna dans une prise d'étranglement."

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

Je voulais remercier les éditons  Smart Cat et  livraddict pour m'avoir permis de découvrir ce livre.

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


26/02/2017
4 Poster un commentaire

Puzzle

 

Au tout début:

"Toute l'équipe médicale qui suivait Lucas Chardon s'était réunie autour de son lit. Dès son réveil, on avait retiré les différentes électrodes de l'électroencéphalogramme fichées sur son cuir chevelu. L'électrocardiogramme et les divers appareils encore reliés à son corps témoignaient d'un état parfaitement stable."

 


 



 

De quoi ça parle:

 

Et si on vous demandait de mourir… dans un jeu ?

Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.
Lorsqu’un an après leur rupture Chloé réapparaît dans la vie d’Illan en lui annonçant qu’elle sait comment jouer, ce dernier a totalement rompu avec l’univers des jeux, et vit isolé dans la maison de ses parents disparus en mer. Officiellement morts, mais Ilan est persuadé qu’ils ont été enlevés à cause de leurs recherches scientifiques. Après avoir refusé l’aventure, Illan cède alors que Chloé lui fait part de la rumeur : le gagnant remporterait 300 000 euros.
Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : « Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. », rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu - un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : « L’un d’entre vous va mourir. »
Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire…
Et Paranoia peut alors réellement commencer…

Ce que j'en ai pensé:

 

Au départ, le concept de l'histoire me plaisait beaucoup. J'avais vraiment envie de connaitre le fin mot de cette histoire, de comprendre ce qui se passait dans ce jeu. Mais j'ai vite déchanté.

Comprenons-nous bien, ce livre est pas mal. Il se lit très vite mais je l'ai très vite oublié aussi. En effet, j'ai eu beaucoup de mal à tout comprendre, beaucoup de choses sont floues pour moi. Jusqu'à la fin je ne comprenais rien du tout. Bien sûr le jeu et les différentes énigmes m'ont intéressé mais le fond était vraiment trop flou pour moi.

 

Par contre, j'ai aimé le côté effrayant. C'est même assez angoissant, oppressant. Cela fait une bonne lecture pour halloween. J'aime assez ce genre de lecture de temps en temps même si ça me donne des frayeurs. 

 

Au niveau des personnages, je n'ai pas réussi à m'attacher à aucun d'eux. Ils sont tous abominables et même si c'est dans l'esprit du livre, certains m'ont vraiment agacé.

 

En conclusion, un bon livre pour un moment effrayant au coin du feu mais qui sera vite oublié pour ma part.

 

À lire si... vous aimez les thrillers psychologiques et assez angoissants


À ne pas lire si... vous êtes assez vite effrayé par vos lectures. Je pense que ce livre pourrait vous faire faire des cauchemars.

 

Page 99:

 

"- Un tournevis... C'est très curieux. Le mien était moins neutre, il s'agissait d'une photo. Une photo de nous deux.
Ilan se courba davantage sur son téléphone. Une famille complète, probablement en route pour les stations de ski, venait d'entrer et s'installait près des distributeurs de boissons; La mère de famille regarda dans sa direction en soupirant. Ilan se glissa sur le côté, le long d'un étal."

 

 

Ma note:

 




Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


12/02/2017
6 Poster un commentaire

Charlie

Au tout début:

""Papa, je suis fatiguée, se plaignit la fillette en culotte rouge et chemisier vert. On s'arrête?

- Pas encore, mon chou."

C'était un grand type large d'épaules qui portait une veste de velours élimée et un pantalon de toile marron. La fillette lui donnait la main et, ensemble, ils remontaient la Troisième Avenue en marchant vite, presque en courant. Il jeta un coup d'oeil derrière lui. La voiture verte était toujours là, elle longeait lentement le trottoir."




De quoi ça parle:

Dès l'enfance, le terrible pouvoir de la petite Charlie s'est révélé : qu'un objet, un animal, un être humain provoque en elle la moindre crainte, la moindre tension... et il se trouve aussitôt livré aux flammes ! Aujourd'hui la douce et jolie Charlie a sept ans et le cauchemar demeure. Certes, elle sait à présent que son pouvoir est un mal qu'elle doit combattre sans relâche pour en être un jour libérée, délivrée. Alors, de toutes ses forces, Charlie lutte, mais la pulsion souvent l'emporte et déferle. Indomptable, criminelle. Et l'enfant cède au désespoir... Comment ses parents pourraient-ils lui avouer l'atroce vérité - cette imprudence fatale qu'ils ont commise avant sa naissance ? A quel destin Charlie est-elle vouée ?

Ce que j'en ai pensé:

Encore un Stephen King, j'essaie de lire les livres de cet auteur mais j'ai beaucoup de mal. En effet, j'ai adoré Dôme mais les autres j'ai du mal.

Celui-ci n'était pas mal. Même si c'est assez long comme histoire. En effet, on suit la fuite de Charlie et son père et cela donne une histoire très longue à démarrer.

 

Au niveau des personnages, j'ai beaucoup aimé la petite Charlie. Elle m'a donné envie de la protéger. Elle fait tout ce qu'elle peut pour échapper à la "malédiction". Elle n'aime pas faire de mal et bien souvent elle en fait sans le vouloir. Par contre, je n'ai pas trop aimé son père. J'ai trouvé qu'il ce laissait trop faire. Il ne réagit pas vraiment aux évènements. Et les autres adultes qui gravitent autour de Charlie étaient souvent là pour se servir de Charlie, pour l'exploiter.

 

En conclusion, ce n'est pas mon livre préféré mais c'est un Stephen King que j'ai pas trop mal aimé, qui se lit assez vite.

 

Page 99:

"- Sanction définitive, répéta Bates d'une voix neutre. Oui , monsieur.
- Très bien, Norville, murmura Cap. Il raccrocha et attendit que John Rainbird fasse son entrée.

La porte s'ouvrit quelques instants plus tard. Il entra, énorme, affreux. Il était tellement silencieux, ce métis de Cherokee, qu'une personne assise à son bureau en train de lire ou d'écrire une lettre n'aurait absolument pas remarqué sa présence."

 

Ma note:




Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


08/01/2017
0 Poster un commentaire

Avant d'aller dormir

Au tout début:

"La chambre à coucher est étrange. Inconnue. Je ne sais pas où je me trouve, ni comment je suis arrivée ici. Je ne sais pas comment je vais rentrer à la maison."

 




De quoi ça parle:

À la suite d'un accident survenu une vingtaine d'années plus tôt, Christine est aujourd' hui affectée d'un cas très rare d'amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu'elle a en fait 47 ans et qu'elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu'elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé... et sur son présent.

Ce que j'en ai pensé:

Bon alors, cette chronique est assez difficile à faire car le roman ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Aussitôt refermé, aussitôt oublié.

Que dire? Le sujet est assez sympa. Chaque nuit, la narratrice oublie tout est revient à chaque fois à zéro. Il lui faut chaque fois tout recommencé tout redécouvrir. J'ai bien aimé ce concept. On découvre l'histoire de Christine en même temps qu'elle, petit à petit le passé se dévoile. Mais cela ce fait assez lentement et malheureusement le dénouement nous apparait assez vite. 

 

En effet, j'avais assez vite deviné ce qu'il c'était passé et ce qu'il était en train de se passer. C'est un peu dommage, cela aurait été bien que le dénouement nous soit plus caché. Qu'on ne le découvre qu'à la fin.

 

Au niveau des personnages, j'ai trouvé qu'ils étaient assez sympathique surtout Christine qui est perdue en permanence mais qui tente de s'en sortir malgré tout et j'ai beaucoup aimé aussi Claire. Elle fait tout ce qu'elle peut pour aider Christine. Le psychiatre m'a aussi semblé sympathique. Je pense que dès le début, il a des doutes sur ce qui se passe.

 

En conclusion, un petit thriller bien sympa sur le moment mais qui s'oublie très vite. Je vous le conseille si vous avez envie de passé un bon moment sans trop de prise de tête.

 

Page 99:

"J'étais hésitante, perplexe sur les résultats de cette approche, mais je savais que je n'avais pas d'autre choix que d'accepter.
- Ok, ai-je dit.

- Bien! Nous allons juste regarder une photo aujourd'hui.

Il a sorti un cliché de son dossier, puis s'est levé pour contourner le bureau et venir s'asseoir à côté de moi."

 

Ma note:




Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


05/01/2017
3 Poster un commentaire

Bluesman melody

Au tout début:

"C'en est trop, je ne peux plus supporter ce bruit. Je ne veux plus entendre ces pulsations qui parcourent mon corps, ce rythme éreintant résonne dans ma tête et me transperce l'âme."

 




De quoi ça parle:

Jude est un jeune psychologue londonien débutant une carrière prometteuse. Cependant depuis l’adolescence, il souffre de troubles nocturnes récurrents. Un beau jour lors d’une séance, un de ses patients, un vieux bluesman afro-américain lui raconte la mort tragique de son fils à New York vingt-cinq ans auparavant. Jude reconnait dans le récit du vieil homme des événements qu’il vit chaque nuit dans ses propres cauchemars. Afin de percer le mystère du bluesman, le jeune psychologue décide de se rendre à New York avec Ewan, son fidèle ami et confident. Contre toute attente, leur quête les mènera jusqu’au bout du monde. Puis jusqu’au bout d’eux-mêmes, lorsqu’ils découvriront le lourd secret d’un amour rendu impossible par les tensions raciales ordinaires de l’Amérique des années 80.

Ce que j'en ai pensé:

En commençant ce livre, je ne savais pas du tout où j'allais. En effet, au début, nous découvrons Jude et son travail de psychothérapeute. Mais l'histoire en elle-même met assez bien de temps à démarrer. Même si j'ai aimé découvrir petit à petit Jude et Ewan, son colocataire.

J'ai vraiment bien aimé ma lecture. J'ai aimé partir à la recherche de la vérité à travers les USA et le Canada. Ce voyage me tenterait assez je dois dire.

 

Au niveau des personnages, j'ai beaucoup aimé Jude et Ewan. Aussi différent l'un de l'autre mais se sont de vrai amis. Ils sont toujours là pour se protéger et pour s'épauler.

J'ai aussi beaucoup aimé les Canadiens. Mais surtout j'ai aimé découvrir des gens gentils. Ca fait du bien de lire des histoires où on ne doit pas se méfier de tout le monde. La gentillesse des gens n'est pas feinte.

 

J'ai quand même trouvé quelques points négatifs. J'ai trouvé certaines parties un peu longues et pas du tout utiles à l'histoire. Certains passages étaient en effet un peu trop développés à mon gout.

 

Pour ce qui est de la fin, je l'ai trouvée vraiment géniale. J'avais un peu découvert ce qui allait se passer mais j'ai vraiment aimé tout le cheminement qui y amène.

 

En conclusion, n'hésitez pas à lire ce livre même si vous n'êtes pas musicien. Et n'ayez pas peur de la classification thriller, même les gens qui n'aiment pas ce style pourront aimer ce livre.

 

Page 99:

"Jude se mit à trier les aliments du frigo. Il en mit certains de côté pour le repas du midi et jeta le reste aux ordures.
En fin de matinée, ils finirent par éteindre toutes les lumières, les radiateurs et les ordinateurs. L'appartement fut alors plongé dans un profond silence. Ils sortirent les poubelles, fermèrent à double tour la porte de la maison, et partirent en route vers l'inconnu."

 

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

Je remercie  livraddict et les éditions  Promulgo pour m'avoir permis de découvrir ce livre.

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


08/12/2016
2 Poster un commentaire

L'enfant perdu

Au tout début:

"L'asphalte barrait le paysage telle une longue balafre noire, taillée au rasoir. La chaleur n'avait pas encore commencé à tordre l'air, mais le chauffeur savait que ça n'allait pas tarder. Cette clarté aveuglante, le chatoiement au loin, sous un ciel d'un bleu métallique. Il ajusta ses lunettes de soleil avant de jeter un coup d'oeil au grand rétroviseur au-dessus du pare-brise."

 


De quoi ça parle:

Cela fait un an qu’Alyssa Merrimon, douze ans, a disparu alors qu’elle rentrait chez elle un soir après la bibliothèque dans une petite ville rurale de la Caroline du Nord.
Mais Johnny, son frère jumeau, refuse d’accepter son absence et continue à fouiller la ville, rue par rue, s’introduisant même chez des hommes soupçonnés de comportements déviants au risque de se faire prendre. Le policier en charge de l’affaire, Clyde Hunt, est inquiet pour Johnny et le surveille discrètement ainsi que sa mère, qui ne se remet pas de la disparition d’Alyssa et du départ de son mari.
C’est alors qu’une deuxième adolescente disparaît, ce qui rend Johnny encore plus déterminé à retrouver sa sœur, convaincu que les deux cas sont liés. Mais ce qu’il va découvrir est encore plus terrible que ce qu’il pouvait imaginer, ébranlant toute la petite communauté et mettant sa vie en danger.

Ce que j'en ai pensé:

J'ai beaucoup aimé ce thriller même s'il est très sombre. Plusieurs problématiques sont abordées. La disparition, d'abord, d'Alyssa qui est quand même le sujet principal du livre. Mais aussi l'addiction et la violence familiale.

 

Même si l'enquête sur la disparition d'Alyssa est vraiment passionnante. J'ai quand même été très énnervée par les réactions de la mère de Johnny mais aussi par le flic, Clyde Hunt. J'ai trouvé qu'il ne restait pas tout le temps à sa place. Il essaye d'aider Johnny et sa mère mais en étant un peu trop présent au près d'eux. Surtout pour un flic chargé de l'enquête.

Pour Johnny, j'ai assez bien aimé ce personnage. Il est triste bien sur mais il fait tout pour essayer de la retrouver et quand je dis tout c'est tout même se mettre en danger.

 

Par contre, je ne m'attendais pas à cette fin même si c'est une fin logique comme une autre. J'aurais préféré une autre fin. J'ai été un peu déçue.

Si vous aimez les thrillers, n'hésitez pas à lire ce livre. Il se lit très vite et on passe un bon moment.

 

Page 99:

"- Il fait une chaleur épouvantable sous cette tente.
Le médecin légiste s'appelait Trenton Moore. Petit, chétif, il avait une épaisse tignasse, des pores dilatés et zozotait, surtout quand il parlait fort. Il était jeune, rusé et fabuleux à la barre, en dépit du zézaiement.

- Je pense qu'il fait de la varappe.

- Je vous demande pardon.

- Regardez ses mains."

 

Ma note:



Je me rends compte que je ne suis pas très originale dans mes notes. Je met quasi tout le temps 4/5.

 

Pourquoi j'ai lu ce livre:

J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge


Ce qui fait que j'en suis à 7/13.

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


19/10/2016
4 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser